Le mot du Président

Le mot du Président

Créée en 1965, l'Amicale Philatélique du Gévaudan fédère philatélistes, numismates et cartophiles de Mende mais aussi de toute la lozère.

Elle édite un bulletin qui est le lien entre les amicalistes, ceux-ci se retrouvent le 3ème dimanche de chaque mois dans leur local où, après la réunion du bureau, ils peuvent s'échanger leurs pièces de collection et aborder divers sujets concernant leur passion. Le service de circulation mis en place permet aux adhérents qui le souhaitent de compléter leur collection.

L'APG organise chaque année en avril le "Carrefour Toutes Collections" à Mende ainsi que les "Rencontres des Collectionneurs de Haute-Lozère" début octobre à Saint Chély d'Apcher, elle participe à diverses manifestations culturelles de la ville de Mende et du département, elle propose à partir des collections de ses adhérents des expositions très appréciées du public.

Nous serons très heureux de vous accueillir nombreux au sein de notre association.

Le 24 ème Carrefour Collections aura lieu le dimanche 2 avril 2017 à la Halle Saint Jean (Mende Lozère)
L'APG proposera une carte souvenir ainsi qu' un timbre "MonTimbraMoi" (voir sur la page "Evènements")
Le Réseau La Poste sera présent avec un bureau temporaire et un timbre à date commémoratif du 24e Carrefour Collections.

Message défilant

Dimanche 18 juin 2017 --- Réunion au siège de l'Amicale 2 rue Henri Rivière à Mende à partir de 9 heures .

jeudi 6 juillet 2017

La Poste à Serverette des origines à nos jours

La Poste à Serverette des origines à nos jours


L'Amicale philatélique du Gévaudan a réalisé pour l'Association Patrimoine et Traditions de Serverette une recherche sur la présence de la Poste à Serverette depuis ses origines jusqu'à nos jours. D'abord la Poste aux Chevaux est abordée avec l’éphémère relais de poste de Serverette à la fin du 18ème siècle et ensuite la Poste aux Lettres avec le bureau de distribution  mis en activité en avril 1828, puis le bureau de direction qui s'appelle recette en 1865 et de nos jours l'Agence postale communale. Une très belle collection de lettres illustre cette description.
En avril 1828, il y aura bientôt 190 ans, la Poste mettait en activité le 11ème établissement de poste lozérien.

samedi 17 juin 2017

L'établissement de poste de Vébron au début du 20ème siècle

L'établissement de poste de Vébron au début du 20ème siècle


Cette carte postale représente sur la gauche, la recette de Vébron au début du 20ème siècle. Il est fort probable que la Receveuse se trouve devant la porte d'entrée du bureau. En 2017 soit un peu plus de cent ans après, le bureau est toujours au même endroit mais de nos jours, c'est une Agence Postale Communale.


samedi 13 mai 2017

Découverte dans le Gévaudan pendant la Poste de l'Ancien Régime



DÉCOUVERTE AU POMPIDOU PENDANT L'EXPLOITATION PAR LA FERME GÉNÉRALE DES POSTES



C'est une lettre simple datée de Barre le 27 mars 1753 expédiée en port payé au Procureur au parlement de Toulouse depuis le bureau de poste du Pompidou. Les mentions « franc » et « port payé » ainsi que la taxe au verso sont de la main de l’expéditeur. Il s'agit d'un usage fréquent à cette époque. Le Directeur du bureau du Pompidou se contente lors de la remise de la lettre au guichet d’indiquer à la plume le nom de son bureau et d'encaisser le montant du port de 7 sols. C'est la première lettre observée expédiée en port payé depuis le bureau de direction du Pompidou pendant le gestion de la Ferme générale des Postes.


mercredi 22 février 2017

Le bureau de poste du Massegros au début du 20ème siècle

Le bureau de poste du Massegros au début du 20ème siècle

Sur la droite de cette carte postale, on distingue très bien la recette du Massegros au début du 20ème siècle avec au dessus du bureau le panneau POSTES - TÉLÉGRAPHES. La boîte aux lettres est visible et se trouve entre le tronc d'arbre et la fenêtre du bureau. Devant l'entrée du bureau se trouve la Receveuse Madame Raynal, avec un chemisier blanc et un grand tablier. Elle est également la propriétaire de la maison.



Le plan du rez-de-chaussée du bureau de poste du Massegros

On distingue clairement la disposition du rez-de-chaussée avec le bureau de la Receveuse, la boîte aux lettres et extrêmement petite, la salle du public avec le guichet.

vendredi 6 janvier 2017

La construction de l’Hôtel des Postes de Florac en 1970-1971

La construction de l’Hôtel des Postes de Florac en 1970-1971



Le bureau de poste de Florac en avril 2011

Rapport du Directeur départemental des PTT de la Lozère de 1970 :
Au mois d’avril a débuté la construction de l’Hôtel des Postes de Florac ; le programme prévoit qu’au début de l’hiver les locaux affectés au central téléphonique devraient être livrés aux services chargés d’installer le nouveau multiple qui doit remplacer avantageusement l’installation actuelle particulièrement vétuste.
Par ailleurs, la construction de tours hertziennes à Florac, Marvejols et Saint-Chély, doit débuter cette année et permettre, avant la saison estivale 1971, d’accroitre très sensiblement le nombre de circuits interurbains et de faciliter l’écoulement du trafic.

Rapport du Directeur départemental des PTT de la Lozère de 1971 :
La construction de l’Hôtel des Postes de Florac, commencée en avril 1970 s’est poursuivie activement et, en dépit des rigueurs de l’hiver 1970-1971, le bâtiment a été livré avec un mois d’avance par rapport aux délais contractuels convenus avec l’Administration et les entreprises.
C’est ainsi que le nouveau central téléphonique a été mis en service dès le 15 avril 1971.
Le bureau de poste a été ouvert au public le 19 juillet 1971.

Rapport du Directeur départemental des PTT de la Lozère de 1972 :
La fin de l’année 1971 a vu l’ouverture au public de nouveaux bureaux de Florac (immeuble domanial), Nasbinals (réalisation communale), Saint-Alban (construction faite par un particulier).

La mise en service du bureau de Florac a entrainé la création d’un atelier, ce qui permet une meilleure gestion du parc automobile du sud de la Lozère et dégage sensiblement l’atelier garage de Mende.

lundi 14 novembre 2016

La Poste à La Malène (Gorges du Tarn) au 19ème siècle.


LA POSTE A LA MALÈNE  (GORGES DU TARN) AU 19ème SIÈCLE ET LA MISE EN ACTIVITÉ DE L’ÉTABLISSEMENT
 DE FACTEUR RECEVEUR  DE LA MALÈNE EN  1895.


Suite à la loi du 3 juin 1829 relative à l’établissement d’un service de poste dans toutes les communes du Royaume, un service de ramassage et de distribution des lettres à domicile fut organisé à partir du 1er avril 1830. Une boîte aux lettres rurale fut placée dans la commune de La Malène à un endroit désigné par le Maire sur les conseils de la Poste. Un facteur rural rattaché au bureau de direction de La Canourgue distribuait les correspondances à domicile et levait la boîte aux lettres.

 Lettre non affranchie datée de La Malène le 12 septembre 1849 et adressée à Ispagnac, mise dans la boîte aux lettres rurale (lettre-timbre « » dans un cercle).     (j-ml)


La desserte de La Malène en 1871
La desserte du village de La Malène en 1871 est assurée par un facteur rural domicilié à La Malène et  rattaché au bureau de recette de La Canourgue. Il distribue les lettres en suivant un parcours déterminé et relève la boîte aux lettres rurale de La Malène. Lors de la session de 1871, le Conseil général de la Lozère fait le point sur la situation de la desserte postale de La Malène et émet le vœu suivant :

 Le Conseil d’arrondissement expose que le service de la poste pour la commune de La Malène est fait d’une manière très incomplète et peu satisfaisante pour cette localité assez importante ; qu’en effet, les lettres partant de Florac, chef lieu d’arrondissement, et, ce qui est plus fort encore, les lettres de Ste Enimie, chef lieu de canton, n’arrivent à La Malène qu’après être passées par le bureau de Mende et de La Canourgue, c’est à dire, au bout de trois jours, anomalie sans égale, alors surtout que ce service peut être organisé et complété d’une manière parfaite, sans qu’il en coûte un centime de plus à l’administration.

  Qu’il existe déjà, en effet, un courrier qui va tous les jours de Florac au Massegros, passant par Laval du Tarn ; que, d’un autre côté, un facteur va tous les jours de La Malène à Laval du Tarn, et qu’un autre facteur va également de La Canourgue à Laval du Tarn tous les jours ; que ces trois agents de la poste se croisent à cet endroit, à peu près à la même heure ; qu’il est donc de la plus grande facilité d’organiser sans dépenses nouvelles un service quotidien entre Florac, La Malène et La Canourgue en faisant échanger les paquets destinés à chacune de ces localités entre les trois agents prénommés, qui peuvent, sans le moindre inconvénient, se rencontrer tous les jours à Laval du Tarn, et sans perte appréciable de temps pour aucun d’eux.

 En conséquence, le Conseil d’arrondissement émet le vœu le plus pressant pour qu’il soit fait immédiatement justice à la commune de La Malène en établissant le service quotidien de la poste du côté de Florac et Ste Enimie, tout en lui réservant le service établi du côté de Mende par La Canourgue et, en même temps, pour que Florac soit mis en contact avec cette dernière localité, en organisant le service comme il vient d’être exposé ci-dessus.”

Extrait du procès-verbal des délibérations du Conseil d’arrondissement de Florac de 1874 :

“Malgré l’avis émis par le Conseil municipal de la commune de La Malène, le Conseil sur l’insistance du Conseiller du canton de Sainte-Enimie émet le voue qu’il soit créé au chef-lieu de la commune deux facteurs dont l’un ferait le service du Causse Méjean et correspondrait avec celui de St-Chély-du-Tarn qui arrive jusqu’à Hauterive, c’est à dire à 3 kilomètres de La Malène et l’autre qui desservirait le Causse de La Canourgue et correspondrait avec le facteur de cette localité.

1872 - Vœu du Conseil général :
 « Le conseil général appelle l’attention de l’administration sur les inconvénients de la lenteur que présente le service postal entre Sainte-Enimie et La Malène, et entre cette dernière localité et tout l’arrondissement de Florac. Pour justifier cette réclamation, il suffit de citer ce fait que les lettres mettent trois jours pour aller de La Malène à Sainte-Enimie et de Sainte-Enimie à La Malène, ces deux localités se trouvant distantes l’une de l’autre de 10 kilomètres seulement. »

1875 - Vœu du Conseil général :
 « Création, au chef-lieu de la commune de La Malène, de deux facteurs dont l’un ferait le service du Causse Méjean, l’autre le service du causse de La Canourgue.
Au lieu du Courrier qui existe de Ste-Enimie au Massegros, l’établissement d’un simple facteur de Ste-Enimie à Laval-du-Tarn et d’un facteur à Laval, de manière que le facteur de Ste-Enimie à Laval se charge journellement des dépêches de Florac à Ste-Enimie avec le Massegros, La Malène et La Canourgue. »

1877 - Vœu du Conseil général :
 « Sur demande de MM. De Nogaret, Vors et Constans, vœu pour que les dépêches entre La Canourgue et Ste-Enimie puissent être échangées aux Vinous, commune de La Capelle, endroit où se croisent les facteurs du Massegros à Ste-Enimie et ceux de La Canourgue et Laval-du-Tarn, ainsi que celles entre La Canourgue et Le Massegros. »

La situation de la desserte de La Malène en 1879, le Directeur départemental des Postes et Télégraphes de la Lozère informait le Conseil d’arrondissement de Florac ::

  “Les correspondances de La Malène sont maintenant directement acheminées sur les bureaux de Massegros, Sainte Enimie, Ispagnac et Florac, au lieu de transiter par le bureau de La Canourgue, soit une avance de 24 heures.”

Tout cela n’était pas encore suffisant, voici le vœu renouvelé pour l’amélioration du service postal de la commune de La Malène pour qu’un service direct soit établi de Florac à La Malène. Lors de la session de 1881, le Directeur départemental des Postes et Télégraphes répond au Conseil Général :

“La seule amélioration qu’il est été possible d’apporter au service postal dans la Commune de La Malène consiste dans la mesure suivante : le facteur desservant la Malène remet, au hameau des Vinous, les correspondances originaires de cette Commune pour Sainte Enimie, à son collègue desservant la Commune de Laval ; ce dernier les apporte à l’entrepôt de Laval, où elles sont recueillies par le Courrier du Massegros à Ste Enimie.”

Lors de la session de 1883, le Directeur départemental des Postes et Télégraphes répondait au Conseil Général :

“Le service de la distribution a été améliorée dans un certain nombre de Communes, notamment :
            - à Laval du Tarn et la Malène, dont les correspondances ont été par suite d’une nouvelle combinaison, avancées de 24 heures pour Ste Enimie et l’arrondissement de Florac d’une part, et d’autre part de 48 heures pour Meyrueis et les Communes desservies par ce bureau, avec lesquelles la Malène et Laval du Tarn ont des rapports journaliers.”





Extrait du procès-verbal des délibérations du Conseil d’arrondissement de Florac de 1892 :

            “Le Conseil considérant que la beauté des Gorges du Tarn attire tous les ans à La Malène une grande affluence d’étrangers, que cette localité est dépourvue de bureau de poste et télégraphe, émet le vœu qu’un bureau des postes et télégraphes soit immédiatement créé à La Malène.”

LE DOSSIER CONCERNANT L’ÉTUDE DE DEMANDE

DE L' ÉTABLISSEMENT DE FACTEUR–RECEVEUR

LA DEMANDE DE CRÉATION DE ÉTABLISSEMENT POSTAL PAR LE CONSEIL MUNICIPAL DE LA MALENE, SÉANCE DU 22 AVRIL 1894



Une première demande de création d’un bureau de poste sans préciser la nature, a déjà été réalisée précédemment. Le Conseil municipal de La Malène réitère sa demande lors de la séance du 22 avril 1894.


  • La desserte de La Malène et de ses environs au moment de l’étude réalisée pour la création du bureau de facteur-receveur.

ETUDE CONCERNANT LA DEMANDE D’UN ÉTABLISSEMENT DE FACTEUR–RECEVEUR EN FÉVRIER 1895 (imprimé n° 534)
Le Directeur départemental écrit le 6 février 1895 dans les observations, en plus des annotations habituelles :

            “Cette création serait nécessaire aux nombreux touristes qui visitent chaque année les Gorges du Tarn. Le Club Alpin Français a d’ailleurs promis de subvenir dans une large mesure aux frais que nécessiterait la création de cet établissement.”





CHANGEMENTS DANS L’ORGANISATION DU SERVICE DE LA DISTRIBUTION A DOMICILE FÉVRIER 1895 (imprimé n° 799)
Nouvelle organisation du service de distribution à domicile du nouvel établissement  :





Les bulletins d'itinéraire du Facteur-receveur et du Facteur rural à la mise en activité de l'établissement postal de La Malène


RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE L’ÉTABLISSEMENT DE FACTEUR–RECEVEUR DE LA MALÈNE  DU 21 FÉVRIER 1895




LA CRÉATION DE L’ETABLISSEMENT DE FACTEUR RECEVEUR
Lettre de la Direction Générale des Postes et Télégraphes au Préfet de la Lozère le 27 avril 1895 :

            “J’ai l’honneur de vous informer que M. le Ministre du Commerce, de l’Industrie, des Postes et Télégraphes a pris l’arrêté suivant :
            - article 1 - Est autorisé la création d’un établissement de facteur receveur dans la commune de La Malène selon les conditions déterminée dans l’article 2.
            - article 2 - Dans le cas où le prix de location de l’immeuble à affecter au fonctionnement du service et au logement du titulaire, dépasse 150 francs par an, la Commune devra s’engager à payer l’excèdent.

            Je vous serai obligé d’inviter le Maire de La Malène à seconder les recherches du Directeur Départemental en vue de trouver un local pour le fonctionnement du service et le logement du titulaire. Le Directeur Général tient essentiellement à ce que cet établissement fonctionne le plus tôt possible, faute de quoi il serait attribué à une autre Commune.”

LA MISE EN ACTIVITÉ DE L’ÉTABLISSEMENT DE FACTEUR RECEVEUR
Lettre de la Direction Générale des Postes et Télégraphes au Directeur départemental des Postes et Télégraphes de la Lozère, Paris le 16 octobre 1895 (imprimé n° 471-AC) :

            “L’établissement de facteur receveur créé à La Malène sera mis en activité le 1er novembre 1895.”

La mise en activité  de l'établissement de facteur-receveur de La Malène le 1er novembre 1895

Lettre expédiée presque trois mois après l'ouverture de l'établissement de FR de La Malène. Le timbre à date type B2 (bloc-dateur en caractères bâtons) est du 21 janvier 1896.  (j-m l)


Rapport du Directeur des Postes et Télégraphes de la Lozère de 1907

“La route nationale n° 107 bis étant aujourd’hui complètement terminée entre le Rozier et Ste-Enimie, j’ai soumis à l’Administration une proposition tendant à la création d’un Courrier en voiture entre ces deux bureaux afin de favoriser les localités situées dans les Gorges du Tarn et les communes avoisinantes.”

 Rapport du Directeur des Postes et Télégraphes de la Lozère de 1908

Courrier en voiture de Ste Enimie à La Malène. - Ce service, créé à partir du 1er décembre 1907, a été exécuté à pied jusqu’au 1er juillet courant, par suite des travaux effectués en vue de l’élargissement d’une partie de la route 107 bis.”

 §   Cette carte postale expédiée de La Malène le 26 octobre 1911 (timbre à date type B3) est adressée à Millau. Elle porte l’empreinte du timbre à date type A4 de LA CANOURGUE. Elle est transmise par le facteur L1 de La Malène à un facteur rural de La Canourgue, fort probablement au Malguefré.
(j-m l)


État d’organisation du service de distribution à domicile de l’établissement de facteur receveur de La Malène à partir du 1er juillet 1928 (imprimé 804) :
Le Facteur Receveur effectuait deux distributions des lettres :
            - la 1ère à 8h30, hiver comme été, dans La Malène et les écarts : il parcourait 15 km.
            - la 2ème à 17h15, hiver comme été, dans La Malène : il parcourait 1 km.

Un premier Facteur rural desservait le nord de la Commune : Coquenas et Mazel où il relevait les boîtes aux lettres. Il commençait sa tournée à 8h30, hiver comme été et effectuait quotidiennement 28 km.

Un deuxième Facteur auxiliaire desservait les écarts au sud de la Commune : Montignac, Rouveret, Rieisse et Hauterives où il relevait les boîtes aux lettres. Il commençait sa tournée à 8h30, hiver comme été et effectuait quotidiennement 28 km.